13 août 2019

Un après-midi à Aoshima



Alors que nous avalions les kilomètres dans le bus qui effectuait la navette entre la gare de Miyazaki et le merveilleux sanctuaire Udo Jingu, nous avions repéré une localité dont le nom ne nous était pas tout à fait inconnu: Aoshima

Découverte peu de temps auparavant dans l'un des nombreux (et géniaux!) articles du blog de Bene No Fukuoka, cet endroit semblait tout à fait approprié à un après-midi de balade au bord de l'eau. De retour du sanctuaire plus tôt que prévu, nous avons donc pris la décision d'y faire un tour, sans vraiment savoir ce qui allait nous attendre de l'autre coté des bâtiments qui menaient à la plage.

A notre descente du bus, on ne pouvait nier que cet endroit fleurait bon les vacances: Entre les affiches pour des jus et glaces à la mangue, la musique créole, les palmiers, et les gens qui se baladaient en arborant leurs plus belles chemises hawaïennes, tout était réunis pour faire penser à une escale dans les îles, et pour cause: Aoshima est une toute petite île.










En fait, je dois bien avouer que je ne sais pas trop si Aoshima est uniquement la petite île couverte de palmiers à laquelle on accède au départ du Yayoi Bridge, ou si son nom comprends également le village de bord de mer installé juste en face.

Traversant le fameux pont à la hâte, nous étions assez étonnés du nombre de japonais qui se pressaient en famille pour admirer cette petite forêt vierge posée sur l'eau et entourée d'un tapis de roches sculptées par les marrées. 

Essayant d'éviter le plus gros de la foule, nous avons naturellement pris la direction opposée au sens "giratoire", sans même nous demander pourquoi l'animation semblait se concentrer exclusivement sur l'autre coté de l'île. Ce n'est qu'en relisant l'article de Béné que nous nous sommes rendu compte que la partie que nous avions pris soin d'éviter renfermait un temple visiblement canon (je pleure intérieurement là).

Le "demi" tour de l'île rapidement bouclé, et n'ayant pas envie de reprendre le bus tout de suite, nous nous sommes laissé guidé par le chemin en bord de plage qui semblait prendre la direction de Miyazaki.







Le chemin en question était certainement l'un de nos meilleurs choix improvisés de la journée: Traversant des parcs et autres morceaux de forêts sur plusieurs kilomètres, il offrait un panorama de dingue sur cette région si peu connue. 

Sur notre trajet, nous avons croisé une bonne dizaine de chats, des parents qui apprenaient à leurs enfants à rouler à vélo, d'autres qui tressaient des couronnes de fleurs avec une régularité alarmante... bref, c'était extrêmement reposant.

Arrivés à la fin de la balade de 10Km , nous avons tenté notre chance à la petite gare locale dont le quai donnait directement sur les rizières. Malheureusement, le prochain train n'arrivait que deux heures plus tard, et bien que la vue soit à couper le souffle, les embarrassants gargouillis proposés par nos ventres en guise d'accompagnement musical nous incitèrent à trouver rapidement une solution de secours pour retourner en ville.

Par chance, le bus que nous avions pris plus tôt s'arrêta pile sous notre nez quelques instants plus tard (sérieux, c'était vraiment inattendu) nous permettant d'éviter les 15km à pieds qui nous séparaient encore du centre.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire